vous lisez...
Cinetrafic, Listes de films

Les comédies de moeurs américaines

Away We Go, le dernier film de Sam Mendes est sorti hier dans les salles. Le réalisateur, habitué à relater des faits de société et à s’attarder sur ces derniers, nous livre ici une vision de la fondation d’un foyer familial sur fond de road-movie, permettant de dresser un certain portrait des États-Unis en cette fin de décennie. Une actualité qui donne l’occasion de s’attarder plus globalement sur les comédies de mœurs américaines.

AWAY WE GO

Affiche du film Away We Go

La comédie de mœurs est un genre qui puise ses origines au XVIe siècle dans le théâtre, avec des pièces qui traitaient ironiquement de faits et autres valeurs d’une société donnée avec plus ou moins de légèreté. Les exemples les plus connus sont à mettre sur le compte de Molière, avec des pièces telles que Les Précieuses ridicules ou bien encore Les Femmes savantes.

En ce qui concerne le Cinéma, ici américain, il devient plus difficile de cadrer ce genre. En effet, qu’il s’agisse d’une comédie dramatique ou bien d’un teen movie pur jus, tout film relate à sa manière une certaine vision de la société. Aussi, il est plus pertinent de se pencher sur des œuvres cinématographiques emblématiques et représentatives, qui traitent avec un certain sens de l’humour de la société américaine à travers ses pratiques et les âges, afin de dresser un constat n’étant pas dénué de sens critique.

laureat1_w_450

Benjamin Braddock alias Dustin Hoffman dans Le Lauréat

Fort d’un énorme succès d’estime et dépeignant parfaitement l’Amérique des années 60, Le Lauréat est certainement LA comédie de mœurs américaine par excellence. Mike Nichols, son réalisateur, possède un don pour capter l’air du temps et le met ici à profit dans l’un de ses premiers longs métrages, pour narrer le quotidien de Benjamin Braddock (incarné par un très talentueux Dustin Hoffman), un brillant étudiant tout juste diplômé refusant la voie carriériste qui se destine à lui, au profit d’un choix plus épicurien, fait de farniente et de papillonnages avec une amie de ses parents (une certaine Mrs Robinson, interprétée par Anne Bancroft et rendue célèbre par la chanson éponyme de Simon & Garfunkel), avant que ce dernier ne jette son dévolu sur sa fille. Au delà de cette trame romantique se trouve une critique de la société de consommation d’alors, avec les prémices d’une nouvelle génération cherchant à s’émanciper des codes alors dictés. Le fait que la seconde partie du film se passe à San Francisco et plus précisément autour du campus de Berkeley, bastion progressiste, n’est d’ailleurs pas un hasard. Le public trouvera dans le personnage de Braddock un nouvel héros anticonformiste, pour une œuvre considérée comme l’un des meilleurs films américains de l’histoire du cinéma selon l’American Film Institute et apportant à Mike Nichols l’oscar du meilleur réalisateur. Preuve il en est que la satire peut encore être publiquement saluée.

american beauty

Affiche du film American Beauty

Tout en restant dans l’univers des films oscarisés, un petit bon dans le temps nous ramène à Sam Mendes et au film qui l’a fait connaître mondialement, American Beauty. A travers le tableau peint d’une famille américaine ordinaire, se retrouve une fois de plus une critique du mode de vie américain, dans une version fin de vingtième siècle où un père de famille frustré (incarné par Kevin Spacey) tombe amoureux de la copine de sa propre fille, pendant que sa femme le trompe avec un autre homme. Le manque de communication est ici mis en avant pour expliquer les troubles au sein d’un ménage où tout semblait bien se passer s’il ne fallait s’en tenir qu’aux apparences. Un message qui passe d’autant plus efficacement avec un juste emploi du sens de l’ironie.

La comédie de mœurs américaine peut également faire passer ses messages sous la forme de films d’animation, avec Les Simpson comme porte-étendards, qui dépeignent depuis vingt ans déjà tous les travers et autres abus présents dans la société américaine avec humour, Homer Simpson en tête dans le rôle de l’américain moyen.

spider_cochon

Homer Simpson et son spider cochon

Beaucoup d’autres films tiennent également ce rôle à leurs manières, passant pour ce faire par différentes thématiques et qu’il est possible de retrouver dans la liste des comédies de mœurs américaines sur Cinetrafic.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :