vous lisez...
Cinetrafic, Listes de films

Le mur de Berlin au Cinéma

mur berlin

Vingt ans déjà que le mur de Berlin est tombé. « Le tournant » (die Wende, comme cela est appelé en Allemagne) permettant la réunification de Berlin Est et Ouest, de la RDA et de la RFA, la destruction du symbole le plus marquant d’une Europe alors divisée par le Rideau de fer avant que ce dernier ne s’écroule à son tour. Cet anniversaire événement donne l’occasion de donner un coup de projecteur sur les films traitant des différents aspects de ce qui était vu comme le mur de la honte côté Ouest et le mur de protection antifasciste côté Est, grâce à la liste thématique sur le mur de Berlin au Cinéma.

La situation de Berlin durant la guerre froide a dans un premier temps particulièrement intéressé des cinéastes non allemands ; peut-être était il plus facile d’en parler d’un point de vue externe à ce moment là.

 

le rideau dechire

Affiche du film Le Rideau déchiré

 

 

Ainsi, le réalisateur Billy Wilder aborde le sujet sous l’angle de la comédie avec Un, deux, trois, où le représentant de la marque Coca-Cola à Berlin Ouest projette de faire passer la plus capitaliste des boissons à l’Est. Alfred Hitchcock s’emparera également du sujet dans Le Rideau déchiré, un film d’espionnage où un physicien américain (interprété par Paul Newman) part en mission à Berlin Est pour soutirer de précieuses informations, une trame représentant la base des films du genre sous la guerre froide. Le documentaire aborde également le mur, ici en 1965 avec Frans Buyens qui tourne Allemagne Terminus Est, un docu-vérité se penchant sur les raisons de la construction du mur tout en évacuant certains préjugés sur l’Allemagne de l’Est grâce à des témoignages recueillis auprès de ceux qui la connaissent le mieux, à savoir ses habitants dans toute leur diversité.

Le Cinéma allemand et notamment Ouest allemand, relativement timide à propos du mur de Berlin durant la période où il exerçait encore son rôle de division, connaîtra malgré tout une oeuvre majeure abordant le sujet.

 

les ailes du désir

Les Ailes du désir

 

 

Les Ailes du désir, dans une ville encore partagée en 1987, démontre une fois de plus que le Cinéma est un art du temps et de l’espace. Son réalisateur, Wim Wenders, y propose une odyssée à travers Berlin sous le regard de deux anges et les événements qui ont marqué à jamais l’histoire de cette ville, symbole de la division, de la mémoire et de toutes sortes de métamorphoses. Berlin est la principale actrice de ce film et son mur un de ses interprètes, dans une histoire sur un mode poétique donnant lieu à de multiples parcours entre ciel et terre, division et unicité, visible et invisible, passé et présent, noir et blanc et couleur. Un film qui se termine par la mention « à suivre » dans son plan final, ce que Wim Wenders lui-même explique ainsi : « Berlin est une ville qui demande une suite. Et, bien qu’on y voie constamment les références au passé, Berlin est une ville qui vous renvoie sans cesse à l’avenir, qui vous bouscule« . Si loin, si proche !, également réalisé par Wenders, représente la suite annoncée à la fin des Ailes du désir et qui donne l’occasion d’exécuter de nouvelles acrobaties dans le ciel d’une ville de Berlin qui a vu entre temps son mur tomber. Les nouvelles données Ouest-est sont ainsi prises en compte, aussi peut-on y voir à titre d’exemple un Mikhaïl Gorbatchev interprétant son propre rôle de puissant politique déchu.

Depuis la chute du mur, d’autres cinéastes allemands ont emboîté le pas aux films de Wenders, acteurs d’un Cinéma rétrospectif traitant des divers aspects relatifs à la division de Berlin et de l’Allemagne. Certaines de ces oeuvres cinématographiques ont à la fois rencontré un succès national, mais également au delà des frontières.

 

goodbye lenin

Affiche de Good Bye Lenin !

 

 

Tel est par exemple le cas de Good Bye Lenin !, qui évoque la chute du mur ainsi que les changements importants qui en découlent, dans une description simple et réaliste de ce qu’était alors la vie de tous les jours côté Berlin Est. Ce film est également représentatif du sentiment ostalgique touchant certains ex Est allemands, à travers les actes du protagoniste principal (interprété par Daniel Brühl) qui recrée au sein du foyer familial un univers propre au temps de la RDA pour ne pas contrarier sa mère qui se réveille d’un coma dans lequel elle était tombée avant la chute du mur.

Enfin, La Vie des autres s’est également fait remarquer en racontant comment la Stasi était instrumentalisée par les dirigeants de la RDA pour leurs fins personnelles. L’oscar du meilleur film en langue étrangère viendra sanctionner ce travail réalisé par Florian Henckel von Donnersmarck, qui apporte un éclairage sur la vie d’alors de l’autre côté.

 

la vie des autres

Les mises sur écoute dans le film La Vie des autres

 

 

D’autres films traitent également du mur de Berlin, de sa construction, de sa chute, des régimes qui y sont associés, autour d’une période alors trouble qui aura marqué l’Histoire. Tirés de faits réels ou simplement inspirés par ce contexte particulier, il est possible de tous les retrouver dans la liste Le mur de Berlin au Cinéma sur Cinetrafic.

F.C.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :